APPRENTISSAGE DE LA PROPRETÉ

le

Prêt ou pas prêt? Je pense que toute mère se pose la question à quel moment notre enfant sera-t-il assez grand pour arrêter les couches?

Pour ma part, j’ai essayé avec mon aîné à ses 2 ans et demi l’été dernier et ce fut une catastrophe, surtout pour moi. En plein été, j’ai décidé de le mettre les fesses a l’air au vue des fortes chaleurs, mais j’étais surtout enceinte de 8 mois. Je ne vous dis pas, il avait peur des toilettes, se retenait ou carrément finissait par faire pipi dans un coin, caché dans le salon. Je passais juste mon temps avec une serpillère à la main. Du coup, je me suis dis STOP on arrête tout. Et j’ai repris à ses 3 ans lorsque je l’ai senti prêt et qu’il me demandait lui-même de retirer la couche car il avait fait pipi ou caca.

Il n’est pas possible « d’enseigner » à un enfant à être propre. Le rôle des parents est plutôt de le soutenir et de l’encadrer tout au long de l’apprentissage de la propreté. Pour utiliser le petit pot avec succès, il faut que le tout-petit soit prêt physiologiquement et, surtout, psychologiquement. Cet apprentissage dépend beaucoup de l’enfant. Il est donc important de lui faire confiance. Du coup, j’ai arrêté de me mettre la pression et j’ai fais confiance en mon fils.

Comment savoir si votre enfant est prêt à être propre?

Voici quelques signes : 

• Il va lui-même vers son petit pot et s’assoit dessus tout seul.

• Il se déshabille en partie sans votre aide.

• Il reste au sec pendant plusieurs heures (couche propre).

• Il vous dit quand sa couche est sale (ex. : il dit « pipi » ou « caca »).

• Il comprend les consignes simples, comme : « Va porter ceci à maman. »

• Il commence à exprimer ses besoins clairement et dit, par exemple : « Veux de l’eau. »

• Il se montre curieux à ce sujet, par exemple : il veut vous voir aller aux toilettes, il place son toutou sur le petit pot, il aime les histoires qui parlent de propreté, etc.

L’apprentissage de la propreté : comment l’accompagner ?

Il n’y a pas vraiment de recette miracle… Mais avec un peu de patience euh non BEAUCOUP de patience, beaucoup de bienveillance, et quelques astuces, on y arrive !

 Mes petits conseils:

• Le familiariser avec le pot

Il n’est pas inutile de lui offrir un pot dès que l’on sent qu’il commence à être prêt, et de lui montrer comment s’en servir. Ensuite on peut le laisser jouer avec, s’y installer quand il le souhaite ou même y mettre ses doudous… L’important est qu’il s’habitue progressivement à l’objet, et qu’il s’en un jour serve avec plaisir !

J’ai du en acheter 2 ou 3 avant de lui trouver le bon. Avant ça, il refuse de les approcher ou même de s’y asseoir. J’ai acheté le pot Beaba qui grâce à la partie blanche qui se retire mon aîné peut vider seul le pot. Et il était tout fier de le faire.

Utiliser des culottes d’apprentissage

Adios les bonnes couches super absorbantes où l’enfant ne ressent rien et bonjour les culottes d’apprentissage. Et je ne prends que les culottes huggies pull-ups.

Elles sont super amusantes pour nos enfants grâce aux dessins disney, princesse pour filles et cars pour les garçons. Quand l’enfant fait pipi, il aura cette sensation d’humidité mais la culotte retient les fuites grâce à son système d’absorption. Parfaite pour l’apprentissage. Un petit dessin s’efface à l’avant lorsque que la culotte est humide.

Mais les grandes nouveautés sont la disparition des scratch sur le côté, à la place une ceinture extensible parfaite pour l’enfant il pourra enlever et remettre sa culotte seul. Et comme une bonne nouvelle j’arrive jamais seul, @huggies_france a sorti la version nuit, plus absorbante.

Du coup, avec le temps on a supprimé petit à petit la culotte la journée. Et il l’as met que pour les nuits et les siestes. D’ailleurs, la rentrée arrive à grand pas et la culotte pour la sieste sera terminée aussi. Je vous en parle très vite dans un prochain post sur mon instagram @oumandwife.

L’encourager et le féliciter, sans lui mettre la pression

Au début, on peut d’abord établir une petite routine, par exemple le mettre sur le pot à des heures régulières. Puis, lorsqu’il commence à réellement y faire ses besoins, n’hésitons pas à le féliciter ! Mieux vaut par contre éviter les récompenses car il me semble préférable que l’enfant veuille devenir propre pour lui-même, plutôt que pour avoir des bonbons !

A l’inverse, il serait contre-productif de le forcer, et de le gronder quand cela ne marche pas ou quand il y a des « accidents » : cela risquerait de le bloquer pour longtemps.

Cet apprentissage prend environ une année à l’enfant (généralement entre deux et trois ans). Ne soyez pas inquiet(e) si votre enfant n’est pas tout à fait propre à trois ans, cela arrivera de toute façon à un moment ou un autre. Mettre une pression à l’enfant ne pourra avoir un effet que néfaste sur la construction de son propre développement. Chaque enfant à son rythme propre, l’écouter et le respecter sont les meilleurs choses à faire pour que l’enfant se développe en toute confiance et dans un climat de sérénité.

CONCLUSION: NO STRESS, faites vous confiance et à votre enfant.

With Love,

@oumandwife